Restons solidaires !

Vous avez besoin d’aide ? Vous souhaitez donner de votre temps pour aider ?

Nous vous transmettons une communication que La Jeune Chambre Économique, avec laquelle FBS entretient un amical partenariat, a porté sur sa page Facebook. Merci à ses membres ! N’hésitez pas à la partager ! France Bénévolat Sarthe – FBS, très actif en ces temps de crise sanitaire, permet à ceux qui ont le plus besoin d’aide, de faire appel à des bénévoles pour se ravitailler en alimentation notamment ou pour bénéficier d’un lien téléphonique régulier ou par mél, via la plateforme de mise en relation avec des bénévoles. 

Une demande en ligne, pour être aidé, est accessible directement via ce lien, ou par téléphone au 02 43 47 43 08. La demande sera traitée par France Bénévolat Sarthe qui créera une fiche mission dédiée à la demande. 

Si l’on souhaite proposer ses services en tant que bénévole, rien de plus simple : pour chaque demande d’aide, une fiche est créée sur le site https://covid19.reserve-civique.gouv.fr//missions. FBS se chargera de valider la mission, et pourra répondre si besoin aux questions d’organisation.

Le Gouvernement a lancé la Réserve civique-Covid 19 “jeveuxaider.gouv.fr.” afin de permettre à tous ceux qui le peuvent et qui le souhaitent de s’engager et de donner de leur temps auprès des plus démunis et des plus vulnérables.

C’est pour garantir la continuité des activités vitales pour les plus précaires que cette plateforme a été construite. Elle permet aux structures (associations, CCAS, MDPH, collectivités, opérateurs publics, etc.) de faire état de leurs besoins de renforts autour de 4 missions vitales :
1. aide alimentaire et d’urgence ;
2. garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’Aide Sociale à l’Enfance ;
3. lien (téléphonique, visio, mail, etc.) avec les personnes fragiles isolées : personnes âgées, malades ou en situation de handicap ;
4. solidarité de proximité : courses de produits essentiels pour les voisins (fragiles, isolés, handicapés).

Pour les bénévoles, ne pas oublier d’imprimer le mail de confirmation de mission (ou de l’avoir sur son mobile au moins), à joindre impérativement à l’attestation de déplacement (cocher la 4ème case). Respecter les gestes barrières reste également primordial.

Retrouvez toutes les informations sur la plateforme #jeveuxaider en cliquant ici !

A savoir qu’il ne s’agit pas de la même démarche que celle que la Ville vient de mettre en oeuvre à compter d’aujourd’hui 1er avril  http://www.lemans.fr/actualites/details/news/une-ligne-decoute-pour-briser-lisolement-du-confinement/?tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=4ed8f923abadba7f2c4a6c7b412fed6e

Le confinement peut s’avérer particulièrement difficile à traverser pour les personnes fragiles et/ou isolées. Face à ces situations de solitude et d’anxiété exacerbées par la pandémie de Covid-19, la parole et l’écoute sont primordiales. Aussi, à compter du mercredi 1er avril, la Ville du Mans ouvre une ligne d’écoute confidentielle « Écoute Confinement Le Mans », accessible 7 jours sur 7 de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h, au 0 800 710 582, numéro gratuit.

Les personnes qui le souhaitent pourront ainsi mettre en mots leurs souffrances en échangeant avec des personnels de santé bénévoles formés à l’écoute. Une trentaine de personnels de santé s’est d’ores et déjà engagée dans cette démarche. Cette ligne d’écoute n’est pas un site médical dédié à la maladie Covid-19. Les professionnels de santé en charge de répondre aux appels pourront rediriger leurs interlocuteurs vers une prise en charge des problèmes psychologiques et/ou psychiatriques nécessitant un avis spécialisé.

Cette action est coordonnée par le Conseil local en santé mentale (CLSM) de la Ville du Mans présidé par la Ville du Mans et copiloté avec l’Établissement public de santé mentale de la Sarthe. Le CLSM réunit les acteurs locaux, les usagers et les aidants afin de coordonner les actions territoriales en faveur de la santé mentale, lutter contre la stigmatisation et contribuer à la réduction des inégalités sociales de santé.